Toggle Nav

Gilets de sauvetage et aide à la flottabilité

Gilets de sauvetage ou aides à la flottabilité ?

IMPORTANT : Les gilets de sauvetage et aides à la flottabilité sont utilisés dans le cadre d’une activité professionnelle ou de loisir et doivent impérativement répondre aux normes de la Directive Européenne sur les Equipements de Protection Individuel (E.P.I – 89/686/CE). Le marquage « CE » apposé sur chacune des étiquettes est obligatoire et certifie que le gilet est en conformité avec la directive Européenne. Les gilets de sauvetage et aides à la flottabilité sont classés par catégorie, en fonction de leur utilisation, performance et flottabilité. Ces catégories correspondent chacune à un type de flottabilité, exprimé en Newtons, en fonction du programme de navigation.

Les principales fonctions d'un gilet de sauvetage

Le choix d'un gilet de sauvetage dépend avant tout du programme de navigation et de l'utilisation que l'on en fait.

Un gilet de sauvetage est considéré comme un équipement de protection individuel (EPI). S’il est porté et utilisé convenablement, il augmente les chances de survie en cas de chute à l’eau. Il doit être choisi en fonction de divers critères tels que :

  • les normes légales en vigueur dans le pays et pour l’activité pratiquée

  • les conditions d’utilisations

  • la morphologie

La fonction première d’un gilet de sauvetage est de maintenir votre tête hors de l’eau afin de laisser libres les voies respiratoires. Il permettra également un repérage efficace pour faciliter le sauvetage. Votre gilet de sauvetage est donc un élément de sécurité primordial en mer. Il doit être porté pour être pleinement efficace et augmenter vos chances de survie dans l’eau ! Les gilets de sauvetage se divisent en deux catégories.

  • Un gilet de sauvetage gonflable est un équipement de sécurité vous permettant de flotter sur le dos et offrant un soutien suffisant pour vos différentes utilisations en mer ou en eaux agitées. Leur flottabilité est assurée par la perforation d’une bouteille de gaz CO2, plus communément appelé « dioxyde de carbone », qui gonfle instantanément des réservoirs d’air prévus à cet effet. Porter sur les vêtements ce système vous assure une grande liberté de mouvements, tout en préservant votre confort. Le déclenchement d’un gilet de sauvetage gonflable peut se faire manuellement ou automatiquement selon différents procédés.

  • Une aide à la flottabilité, brassière ou gilet mousse, est un équipement de sécurité vous offrant un soutien suffisant en eaux abritées, sans être pour autant doté d’une capacité suffisante pour permettre le retournement. Un gilet mousse ou une brassière peut par ailleurs assurer une certaine protection en cas de choc. En revanche, leur encombrement, lié à l’épaisseur de la mousse assurant la flottabilité, peut limiter vos mouvements et déplacements lors des manœuvres.

Les performances d’un gilet de sauvetage dépendent grandement de l’activité pratiquée. Au même titre que tout autre équipement de navigation, le choix d’un gilet de sauvetage dépend avant tout du programme et de l'utilisation que l'on en fait. C’est pourquoi on privilégiera le confort et la souplesse dans certains cas, alors que robustesse et flottabilité seront essentielles dans d’autres activités.

Ci-après, une liste non-exhaustive des activités nécessitant l’utilisation d’un gilet de sauvetage gonflable ou aide à la flottabilité : navigation côtière et hauturière, dériveur et multi-sports, clubs et écoles de voile, pneumatique et semi-rigide, kitesurf, ski nautique et jet ski, pêche en mer ou rivière, stand up paddle (SUP), canoë-kayak…

Spinlock 6D

Quel gilet en fonction de ma pratique ?

Afin de bien comprendre le fonctionnement de votre gilet de sauvetage, voici quelques clés qui vous aideront à choisir le modèle qui correspond le mieux à votre activité et morphologie.

  • Pour la navigation hauturière, un poumon de 150 Newtons minimum est nécessaire. On privilégiera un poumon de 275 Newtons si les conditions de navigations sont particulièrement difficiles et si la personne est vêtue d’un équipement lourd (professionnel). Celui-ci permettra le retournement d’un homme inconscient tombé à la mer. Le gilet de sauvetage doit être muni d’un harnais pour pouvoir y associer une longe. La sécurité prime, c’est pourquoi le navigateur pourra opter entre un système de déclenchement automatique avec pastille de sel ou hydrostatique (pression de l’eau).

  • Pour la navigation côtière, on cherchera un compromis entre sécurité et confort. Un poumon de 150 Newtons est suffisant, moins encombrant donc plus léger, avec un système de déclenchement automatique identique à celui choisi pour un programme hauturier. Le navigateur pourra privilégier l'ergonomie du gilet, avec une coupe courte que l'on retrouve sur les modèles Plastimo ou Spinlock.

  • Pour la régate, on vous recommandera un poumon de 150 Newtons avec un système de déclenchement hydrostatique. En effet, ce type de percuteur se déclenche par la pression de l'eau lorsque le porteur est immergé. On évite ainsi tout risque de déclenchement intempestif lors des manœuvres. Le confort est primordial, il est donc important que le gilet se fasse « oublier » par le régatier.

  • Pour la navigation occasionnelle, on préférera un gilet à déclenchement manuel. Celui-ci se gonfle automatiquement lorsqu’il est actionné par le porteur. Le poumon pourra être de 100 Newtons, voire 150 Newtons. L'avantage principal par rapport à une aide à la flottabilité, est qu'il est bien plus compact et confortable pour le navigateur. Attention : Niveau de sécurité minimum. Le système ne se déclenchera pas si le navigateur tombe à la mer en étant inconscient.

« Newtons » : quelle flottabilité ?

Bon à savoir : 10 Newtons correspondent à 1,01 kg force de flottabilité.

  • 50 Newtons - Norme ISO 12402-5 : Flottabilité minimum requise pour la catégorie « aides à la flottabilité ». Equipement léger qui conviendra pour des activités de bord de mer, pour la pratique de la voile légère comme le dériveur, le catamaran ou la planche à voile et à destination des personnes sachant déjà nager ou disposant de secours à proximité. Minimum requis pour les embarcations propulsées par l’énergie humaine, quelle que soit leur distance d’éloignement ou pour les navires ne s’éloignant pas de plus de 2 milles d’un abri.

  • 100 Newtons - Norme ISO 12402-4 : Flottabilité minimum requise pour la catégorie « gilets de sécurité ». Il permet le retournement du porteur sur le dos. Cette valeur convient à la navigation côtière avec un équipement léger. Minimum requis pour les navires ne s’éloignant pas de plus de 6 milles d’un abri et pour les enfants de 30kg maximum quelle que soit leur distance d’éloignement.

  • 150 Newtons - Norme ISO 12402-3 : Flottabilité minimum requise sur les gilets de sauvetage utilisés pour la navigation en haute mer par tout temps. Il permet le retournement du porteur sur le dos en moins de 5 secondes, même si celui-ci vêtu d’équipements lourds. Les gilets de cette valeur sont équipés d’une sangle sous-cutale en plus des bandes réfléchissantes, d’un sifflet et d’une poignée de halage. Minimum requis pour les navires s’éloignant à plus de 6 milles d’un abri.

  • 275 Newtons - Norme ISO 12402-2 : Flottabilité requise pour un usage professionnel ou lors de conditions de navigation extrême.


Normes gilets Plastimo

Quel mode de déclenchement ?

Il existe 3 grandes familles de déclenchement pour les gilets de sauvetage gonflable. Tous possèdent également un système de déclenchement manuel.

  • Avec pastille de cellulose (système UML Pro Sensor – avec fenêtre de visualisation de l’état du gilet) qui en se désagrégeant au contact de l’eau libère le système de déclenchement de la bouteille CO2 .

  • Avec valve hydrostatique (système Hammar) qui s’active sous la pression de l’eau. Le principe empêche tout déclenchement intempestif, mais reste plus compliqué à réamorcer.

  • Avec système de déclenchement manuel que le porteur actionne lui-même en cas de chute en mer. Attention : Niveau de sécurité minimum. Le système ne se déclenchera pas si le navigateur tombe à la mer en étant inconscient.

Pilot 165 Plastimo

Avant d'embarquer...

Nos consignes de sécurité avant de monter à bord (liste non-exhaustive) :

  • Toujours s’assurer du bon fonctionnement de son matériel

  • Veiller à ce que chaque personne à bord connaisse l’emplacement exact du matériel de sécurité

  • Vérifier que chaque personne à bord maitrise l’utilisation d’un gilet de sauvetage

  • Idéalement, portez votre gilet de sauvetage avant même de monter à bord

  • Les enfants ou toute personne à bord ne sachant pas nager doivent impérativement porter un gilet de sauvetage

Nos accessoires complémentaires pour gilet de sauvetage :

En dehors du respect des exigences propres à la réglementation, chaque gilet de sauvetage doit être muni des accessoires complémentaires suivants :

  • une source lumineuse électrique (lampe feu flash) ou chimique (bâtons lumineux Cyalume) fixée à votre gilet de sauvetage et capable d’éclairer durant 12 heures minimum

  • un sifflet fixé à votre gilet de sauvetage et facile d’accès

  • un couteau de sécurité pour une utilisation en cas d’urgence (certains gilets de sauvetage gonflable, type Spinlock, en sont pourvus)

  • il est recommandé de choisir un gilet de sauvetage avec bandes réfléchissantes afin d’accroître vos chances de survie lors des repérages

Comment entretenir mon gilet de sauvetage ?

  • Pensez à rincer votre gilet de sauvetage à l'eau douce après chaque utilisation, et faites-le sécher rapidement

  • Rangez votre gilet dans un endroit sec à l'abri des rayons du soleil 

  • Pour vous assurer du parfait état de fonctionnement de votre gilet de sauvetage, veuillez faire vérifier celui-ci tous les 2 ans par un professionnel

Bien Choisir Son Gilet De Sauvetage

Bonne navigation à tous !

Pour toute question ou renseignement supplémentaire, nous sommes à votre écoute au 04.78.41.79.31.

L'équipe Nautisports.com